La rencontre initialement prévue ce dimanche 17 février 2019 entre les responsables du bureau exécutif de la Fecavolley notamment son président et les acteurs de la région du Littoral n’a finalement pas eu lieu.

Le communiqué diffusé par la cellule de communication de la Fédération Camerounaise de Volleyball (Fecavolley) indique : « Selon le commandant de la brigade de gendarmerie présent à l’hôtel Sawa de Douala, l’ordre d’interdire cette manifestation a été donné par le préfet du Wouri. De source digne de foi, cette décision fait suite à une correspondance fustigeant la tenue de cette réunion  adressée par le délégué des Sports de la région du Littoral au ministre des Sports et de l’éducation physique. Enfouie dans le chaos depuis 2013, la région du Littoral est donc toujours plongée dans sa léthargie en attendant de nouvelles orientations du bureau exécutif en place. »

Comment analyser ce communiqué ? Les tensions ne peuvent-elles pas s’apaiser pour le bien du volleyball dans la région du Littoral délaissée depuis des années ? Voilà quelques unes des questions que l’on pourrait se poser alors que le président de fédération s’est entretenu la veille avec les vétérans du circuit.

Le Président de la fédération camerounaise de volleyball, Julien Serge Abouem était arrivé dans la ville de Douala vendredi en fin d’après-midi. Accompagné de ses principaux collaborateurs, il avait procédé en début de soirée à  la visite de la salle devant abriter la concertation avec les acteurs du volleyball de la région du Littoral prévue ce dimanche, 17 février 2019 à l’hôtel Sawa. Par la suite, il s’est entretenu avec quelques potentiels sponsors ainsi que des présidents de clubs. Le voyage jusqu’à douala n’aura donc plus été aussi prolifique qu’on aurait pu le penser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici