Au cœur des travaux entre la presse et la FIFA ce mercredi matin à Lomé, le directeur Associations Membres et Développement Afrique et Caraïbes de l’instance faîtière du football  Veron Mosengo-Omba a longuement présenté les axes du projet FIFA Forward et les améliorations qui lui seront apportées dès janvier 2019.

Pour Veron Mosengo-Omba, le football doit se faire dans les règles de l’art avec des moyens et un matériel adéquats. FIFA Forward fixe depuis 2016, le cadre dans lequel le football africain se développe, et ce, en fonction de l’environnement.

Pour la première rencontre officielle entre les hommes de médias et les porteurs du programme, il était question de présenter la nouvelle politique de développement de la FIFA dont le but reste le même que de par le passé, c’est-à-dire de promouvoir et vulgariser le football, d’organiser des compétitions en y incluant la responsabilité sociétale.

Le programme Forward centré sur le football jeune chez les garçons comme chez les filles encourage les projets de développement sur la durée. Le Directeur AM et Développement Afrique et caraïbes pense qu’il est important de démocratiser la discipline tout en la rendant accessible à toutes les catégories ou classes. Pour lui « la pratique du football ne doit pas être un privilège ».

Le programme est géré par la commission de développement composé de 19 membres dont au moins 50% sont indépendants. Chaque année, la Fédération Internationale de Football Association investit plus de 100 millions USD issus des bénéfices engrangés par la Coupe du Monde de Football.

Les journalistes désormais au fait de tous les éléments du programme pourront communiquer sur l’avancement des travaux, des décisions prises par les instances et de la portée des projets. Lancé depuis 2016, le programme a généré en deux ans plus de projets que durant les cinq années précédentes.

A partir de janvier 2019, la FIFA va accroître le montant alloué aux associations membres à travers le fonds Forward. Celui-ci va passer de 1,6 millions USD à 5 millions USD sur quatre ans. Et pour en profiter, les associations membres devront toujours respecter les conditions préalables parmi lesquelles la détention d’un siège, d’un centre technique et d’un stade aux normes internationales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici