La décision du gouvernement fait suite à cette enquête réalisée par le journaliste d’investigation Anas Aremeyaw Anas dévoilée par bribes depuis mercredi dernier. La vidéo rendue publique montre des officiels de match et le président de la fédération ghanéenne de football Kwesi Nyantakyi recevoir des liasses de billet en signe de « cadeaux ».

Le documentaire intitulé « Quand la cupidité et la corruption deviennent la norme » secoue la planète foot.

Quelle image pour le Ghana considéré comme un modèle de gestion et d’anti-corruption en Afrique lorsque la fédération de football du pays est suspectée de carburer à coup de pots-de-vin. Même si la fédération a fortement démentie ces accusations, les vidéos réalisées à l’insu des protagonistes sont accablantes.

On y voit des arbitres recevoir de l’argent dans le but d’influencer ou de truquer l’issue de certaines rencontres. Le président de la fédération qui avait fait de son cheval de bataille la lutte contre la corruption n’a toujours pas fait de commentaires. Les images compromettantes qui le montrent entrain de recevoir une somme de 65 000$ ne plaident pas en sa faveur. Avec la dissolution de l’instance, cela signifie plus d’équipes nationales toutes catégories confondues et plus de CAN Féminine au Ghana jusqu’à sa réhabilitation.

La CAF et la FIFA tardent à se manifester.

En attendant les décisions de la CAF et de la FIFA au sujet de ce scandale, qu’en sera-t-il de Kwesi Nyantakyi ? Sa démission serait annoncé, lui qui, hormis ses fonctions de président de fédération au Ghana est également membre du conseil de la FIFA et premier vice-président de la CAF.

De son côté, le ministre des Sports Isaac Asiama a déclaré que l’association avait été « dissoute avec effet immédiat ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici