Depuis la victoire en match de préparation face à la France en mai dernier, la sélection camerounaise de volleyball féminin n’a pas enregistré une seule victoire face à une équipe non-africaine. Pourquoi un tel échec sur la scène mondiale ?

Les championnes d’Afrique sont de vraies lionnes quand elles affrontent des sélections africaines. Que ce soit le Kenya, le Mozambique ou l’Egypte, il est difficile pour ces nations de mettre à genoux la belle équipe des Lionnes Indomptables du Cameroun. Pourtant lors des compétitions d’envergure mondiale, les lionnes n’y arrivent pas. Pour preuve les deux récents tournois auxquels la sélection a pris part ou prend part actuellement.

Face à des nations non-africaines, le Cameroun enregistre 11 défaites consécutives.

Lors du tournoi qualificatif aux Jeux Olympiques 2020 organisé en août dernier, les Lionnes ont buté face au Brésil, à la République dominicaine et à Azerbaïdjan.

Depuis l’entame de la Coupe du monde (championnat du monde volleyball féminin) qui bat son plein au Japon, les pouliches de Jean René Akono n’ont pas enregistré le moindre succès en huit rencontres.

Les derniers résultats

14 septembre : Cameroun 0-3 Russie (14-25, 15-25, 10-25)

15 septembre : Cameroun 0-3 Chine (18-25, 14-25, 19-25)

16 septembre : Cameroun 2-3 République dominicaine (17-25, 15-25, 25-23, 30-28, 10-15)

18 septembre : Cameroun 0-3 Japon (17-25, 17-25, 19-25)

19 septembre : Cameroun 0-3 Corée (21-25, 18-25, 18-25)

22 septembre : Cameroun 0-3 Pays-Bas (15-25, 14-25, 18-25)

23 septembre : Cameroun 0-3 Serbie (22-25, 14-25, 17-25)

24 septembre : Cameroun 2-3 Argentine (25-21, 25-20, 20-25, 20-25, 12-15)

Ces résultats permettent de mettre en lumière une faille au niveau de la préparation psychologique des joueuses très essentielle à ce niveau de jeu. Il semblerait que l’aspect mental soit quelque peu négligé au sein de la sélection nationale du Cameroun. Pourtant il faut travailler tous les aspects d’une préparation de haut niveau pour tutoyer l’élite mondiale.

La reconstruction annoncée…

Le Cameroun a été en mesure de remporter une ou deux rencontres, pourtant les lionnes n’ont pas pu traverser l’étape cruciale permettant de valider leurs bonnes performances.

Aujourd’hui, on annonce une reconstruction avec de jeunes pépites qu’on intègre progressivement à l’effectif de base. Serait-ce suffisant pour améliorer les performances camerounaises dans le contexte actuel ? Ruth Bibinde, grand espoir du volleyball camerounais,  a pris part au championnat du monde U18 en début de mois en Egypte avant de rejoindre la sélection senior au Japon.

La présence de jeunes prodiges est-elle une promesse de lendemains meilleurs ? On serait tenté de répondre par l’affirmative tant le constat sur l’effectif camerounais vieillissant est visible. Mais est-ce le seul point ? L’effectif actuel a-t-il offert tout ce qu’il était en mesure d’offrir ? Les Lionnes ne peuvent-elles plus donner plus que ce qu’elles offrent en termes de résultats ? Pour cette toute dernière question, il faut rappeler que les doubles championnes d’Afrique sont désormais sous le feu des projecteurs et que leurs résultats intéressent le public camerounais. Peut-être est-ce une pression supplémentaire…

Au championnat du monde Japon 2019, les Lionnes renouent avec le terrain ce vendredi 27 septembre face au Brésil. Le Cameroun peut-il réaliser l’exploit et surprendre cette équipe brésilienne presqu’imbattable ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici