Depuis le tournoi masculin U-17 organisé en 2018 qualificatif à la CAN U17 en Tanzanie, l’UNIFFAC n’a organisé plus organisé une seule compétition. Annoncé pour septembre 2019, ensuite pour le mois d’octobre, le tournoi féminin U-20 ne s’est finalement pas tenu. Idem pour le tournoi masculin U-20 annoncé pour novembre. Une situation qui pousse à se poser des questions sur la bonne marche entamée par l’organisation.

Tandis que le COSAFA, le CECAFA, l’UFOA et l’UNAF multiplient les compétitions, l’UNIFFAC affiche un visage des plus pâles malgré les promesses du nouvel exécutif.

Pas une semaine ne passe sans que les unions de fédérations zonales africaines n’organisent des tournois de toutes catégories aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Rien que sur cette année 2019, le COSAFA (Conseil des Associations de Football en Afrique Australe) a organisé la COSAFA Men’s Cup (25 mai – 8 juin), la COSAFA Women’s Cup (31 juillet – 9 août) en Afrique du Sud, la COSAFA Men’s U17 à Blantyre en octobre, et tiendra du 4 au 14 décembre prochain, le tournoi U20 à Lusaka en Zambie, pour ne citer que ceux-là.

Le CECAFA qui vient de conclure le tournoi senior féminin par le sacre des Harambee Starlets du Kenya, n’est pas en reste. Le Conseil des Fédérations d’Afrique de l’Est a multiplié les tournois toutes catégories confondues cette année et organisera du 9 au 18 décembre prochain en Ouganda, un tournoi destiné aux U17 féminines en quasi-simultané avec le tournoi senior masculin prévu du 7 au 19 décembre et dont le tirage au sort a eu lieu en début de semaine.

Dans les deux zones A et B de l’UFOA, les sélections vivent également au rythme des tournois. Pourtant la zone Centre est celle qui souffre le plus de l’absence de compétitions. Depuis le départ de Patrice-Edouard Ngaissona, l’Union des Fédérations d’Afrique Centrale n’a toujours pas trouvé sa vitesse de croisière et semble naviguer à perte de vue.

Le problème réside-t-il seulement au niveau du manque de financement ? Il faut rappeler que l’UNIFFAC est dépendante de la CAF et pour l’organisation de compétitions, elle est tenue de s’arrimer aux règles de l’institution mère pour obtenir de l’aide ou simplement l’aval du calendrier. La gestion précédente avait fortement été critiquée d’où la crise qui s’en est suivie avec notamment le repli du Gabon, du Congo et du Tchad.

Aujourd’hui  où les tensions sont apaisées, toutes les mesures et propositions envisagées depuis l’avènement du nouvel exécutif ont échoué. Qu’en est-il de l’appel à candidature lancé en août dernier pour le poste de Directeur exécutif ? Des tournois programmés puis annulés ? Chaque initiative de l’UNIFFAC semble se solder par un échec.

Le tournoi U17 masculin sera-t-il maintenu au Cameroun du 12 au 22 décembre comme il avait été initialement annoncé par le comité exécutif ? La question reste entière à deux semaines du coup d’envoi de la compétition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici