C’est toujours un déchirement de se séparer de certaines joueuses. Pourtant c’est un rituel imparable après avoir démarré par une liste élargie à l’approche d’une échéance importante.  Jacquette Ada, Easther Mayi Kith et Christina Mpeh Bissong ne feront pas partie de l’effectif de la coupe du monde, pourtant elles sont toujours dans la tanière.

La liste des 23 d’Alain Djeumfa a été rendue publique un peu plus d’une semaine avant le début du Mondial. Les recalées ne sont toujours pas parties de la tanière. Le programme du sélectionneur validé par la FECAFOOT prévoit un départ des recalées à la veille du coup d’envoi du mondial, c’est-à-dire le 6 juin prochain.

Ce départ tardif des joueuses non-retenues peut être difficile à comprendre. Quel est l’intérêt de poursuivre une préparation alors qu’on ne fera pas partie du groupe final ? Les trois joueuses concernées n’auront même pas le statut de réservistes.

En effet, il est désormais impossible pour le sélectionneur de faire appel à d’autres joueuses puisque la liste des 23 est le modèle définitif que l’on a fait parvenir à la FIFA pour la Coupe du Monde Féminine France 2019.

Si Easther Mayi Kith, joueuse Montpellier retournera soit en France soit au Canada son pays natal, Christina Mpeh Bissong et Ada Jacquette devront revenir au bercail et regarder leurs compatriotes depuis leur écran de télévision.

Concernant les raisons de leur non-sélection pour le tournoi final, il faut savoir que Mayi Kith subit le peu de matchs disputés depuis son arrivée à Montpellier dans le championnat de première division de football en France. En effet, la jeune joueuse a très peu été utilisée depuis le début de l’année. Quant à Ada Jacquette, l’attaquante a souffert de la concurrence à ce poste tout comme Mpeh Bissong. La sociétaire d’Amed Sport en Turquie a également connu une saison en demi-teinte.

Une excuse qui ne s’applique pas à toutes puisque la présence de Gaelle Enganmouit ne répond à aucun critère de performances récente. Son début d’année en club est certainement l’un des plus controversés de toutes les joueuses retenues avec une interruption de contrat avec Malaga moins de deux mois après son arrivée en Espagne.

Toutefois la préparation avec des joueuses qui ne feront pas partie de l’effectif final peut être problématique. Certains techniciens s’accordent à dire que cela ne permet pas la cohésion de groupe notamment à cause des frustrations contenues des non-sélectionnées qui doivent cohabiter avec les heureuses élues.

Le sélectionneur suivra-t-il son programme initial à la lettre en gardant les recalées jusqu’au bout ou permettra-t-il enfin aux sélectionnées de former un groupe compact ?

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici