La Fédération camerounaise de volleyball doit gérer de nouvelles accusations de mauvaise gestion des primes des joueurs après les performances héroïques des sélections masculine et féminine du Cameroun en compétitions internationales. L’instance se défend à travers un communiqué.

Le feuilleton des primes des joueurs des sélections camerounaises est certainement l’un des plus suivis sur le triangle national. Si le football, souvent considéré comme la plus populaire des disciplines et la plus controversée, est connu pour avoir ouvert la voie à la gestion chaotique interne, les autres disciplines ne sont plus épargnées par les rumeurs de mauvaise gestion des primes et autres.

Le dernier épisode en date est celui de la Fecavolley qui aurait gardé les primes des sélections à la suite de la CAN en Egypte, des Jeux Africains et du championnat du monde U18. Des accusations que la fédération réfute entièrement via un communiqué rendu public.

« La Fédération Camerounaise de Volleyball a pris connaissance d’une pseudo lettre ouverte qui circule dans certains fora depuis quelque temps.
Face à cette nouvelle cabale des ennemis de la performance et du développement avéré de cette discipline depuis près de huit ans, face une fois encore à cette nouvelle sortie des adeptes du divertissement servile, de la jalousie et de la calomnie, la FECAVOLLEY a l’honneur d’informer le public sportif ce qui suit :
Sur la forme
– il s’agit d’un document qui n’est pas écrit à Yaoundé car la plupart des joueurs sont rentrés en Europe ou au Moyen Orient à la date du 11 septembre 2019.
– Les signatures des joueurs ont été scannées, ce qui plombe l’authenticité même de ce document.
Dans le fonds:
– l’argent de la participation des joueurs a été effectivement été débloqué avant leur départ pour la Tunisie, mais ces derniers ont émis le vœux de le percevoir après la CAN, escomptant le titre de Champion D’Afrique; toute chose qui pourrait augmenter le niveau des primes .
Ils voulaient, comme leurs consœurs , gagner de l’or, mais hélas le sort en avait décidé autrement, hypothéquant ainsi toute révision des primes.
Nous voulons éclairer la lanterne que :
– l’argent de la participation et de leur médaille d’argent est dans le compte de la fédération et n’attend que ces derniers pour qu’ils entrent en possession de leur dû. Mais les joueurs souhaitent une revalorisation de ces primes.

Par ailleurs,

– la FECAVOLLEY ne fixe pas le montant des primes. Il s’agit d’une prérogative du gouvernement de la République.
– S’agissant de la Prime Spécial du Chef de l’Etat, il est seul juge du haut de son Magistère et de manière souveraine de tous concours financiers qu’il accorde à un citoyen.
La Fédération ne comprend donc pas comment les » joueurs » font pour prévoir les 5000000 F que devrait leur octroyer le Chef de l’Etat;
– les 150 000 F que les joueurs ont reçu avant leur départ représentaient le règlement des primes olympiques sur fonds propres de la Fédération car le budget de préparation était encore en cours de discussion dans les services compétents. Cet argent était avancé par la fédération aux joueurs pour leur permettre de régler les petits problèmes familiaux avant leur départ pour une dizaine de jours en Tunisie;
– les primes des filles qui étaient originellement égales à celles des garçons ont fait l’objet d’un second traitement après leur sacre de Championne d’Afrique d’où le décalage observé entre les deux équipes;
– la Fédération à bel et bien attiré l’attention des autorités sur la nécessité de réintégrer les primes intermédiaires de 3 000 000 de francs tant chez les Dames que les Messieurs.

Aussi , la Fédération camerounaise demande aux amoureux de cette discipline de ne pas se laisser berner par ce vent hideux et haineux de la démobilisation dans un contexte où nos équipes sont sur tous les fronts et devraient sereinement préparer les qualifications aux Jeux Olympiques qui auront lieux à partir du 6 Janvier 2020. La Fédération Camerounaise de Volleyball remercie les pouvoirs publics et particulièrement le Président de la République Paul BIYA, qui n’ont cessé d’apporter au Mouvement Sportif National en général et au volleyball en particulier les moyens nécessaires à son épanouissement dans un contexte général de morosité financière.
Bien plus, en élevant notre équipe nationale de volleyball Dames à la Dignité de Commandeur du mérite sportif , le Chef de l’Etat reconnaît formellement et explicitement les prouesses de notre discipline.
La Fédération camerounaise de volleyball ball quant à elle ne ménagera aucun effort pour continuer dans un esprit professionnel de travailler, afin de continuer à mériter la confiance placée en elle par les autorités et le public de plus en plus rassemblé autour de cette discipline qui occupe les devants de la scène depuis quelques années, par ses résultats.

CELCOM FECAVOLLEY »

Ces accusations seraient-elles gratuites? Telle est la question qu’on pourrait se poser à l’heure actuelle. Ce qui est certain est que le volleyball jouit désormais d’une exposition semblable à celle du football au vu de ses résultats, et sa gestion interne intéresse dorénavant les citoyens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici