La présidente de la Commission d’organisation du football féminin de la CAF explique les raisons de l’annulation de la CAN 2020. Elle parle également de la Ligue des Champions féminine qui débutera en 2021.

Quelles sont les raisons de l’annulation de la Coupe d’Afrique des nations féminine 2020 ?

Le football féminin représente beaucoup pour la CAF. Nous sommes fiers notamment du fait que le football féminin figure dans notre calendrier, mais aussi du fait que nous sommes confrontés à ces défis et que nous nous efforçons de changer le récit. Pour la CAN féminine 2020, des circonstances indépendantes de notre volonté ont rendu l’organisation de la CAF difficile. Ne vous méprenez pas ici, toutes les options ont été explorées mais en vain. Prenons les trois principaux domaines et les raisons pour lesquelles nous n’avions pas d’autre option que de l’annuler :

Premièrement, le retrait du Congo qui signifiait que nous devions trouver un nouvel hôte. L’appel à candidatures a été rouvert et nous avons reçu les candidatures du Nigeria et de la Guinée équatoriale. Cependant, les deux candidatures n’avaient pas les documents d’appui les plus importants, ces documents étant le soutien électoral de leurs gouvernements respectifs. Si vous ne pouvez pas obtenir le soutien électoral de votre gouvernement pour organiser une compétition, cela devient assez complexe et problématique à long terme parce que nous ne pouvons pas organiser un tournoi sans le soutien ou la garantie du pays hôte qui émane du gouvernement.

Le deuxième point est le déclenchement de la Covid-19 qui a conduit à la suspension de toutes les activités de football sur le continent et même dans le reste du monde. De ce fait, les qualifications initialement prévues pour avril 2020 ont dû être reportées indéfiniment. La CAN féminine étant une compétition réservée aux équipes nationales seniors, nous ne pouvions programmer des matchs qu’en fonction des dates du calendrier de la FIFA, qui a également été affecté par la Covid-19. Encore une fois, en raison de la Covid-19, le calendrier des femmes a été révisé et laissé avec deux fenêtres en septembre et octobre pour les qualifications.

De plus, avec la fermeture des frontières à travers le continent et il était donc très peu probable que nous puissions honorer ces matches dans ces deux fenêtres en tenant compte des restrictions de voyage à l’intérieur du continent.

Nous avons les qualifications pour les Coupes du Monde féminines de la FIFA U-17 et U-20 qui doivent être terminées cette année. Comme vous pouvez le voir, il ne s’agit pas de ne pas être en mesure de répondre à toutes les attentes que nous ayons décidé de trouver un moyen facile d’annuler la CAN féminine 2020 parce que c’est du football féminin… mais c’est à cause de certaines raisons et circonstances évidentes et sérieuses totalement indépendantes de notre volonté.

Comme je vous les ai énumérées, il y avait des options que nous ne cessions de répéter pour voir comment les adapter, et nous ne pouvions tout simplement pas faire autrement.

 

La nouvelle a choqué les nombreux fans de football féminin…

Je peux vous assurer que je comprends à quel point c’est décevant, mais vous savez que même si cela se présente comme une nouvelle étouffante ou décevante, encore une fois, elle est basée sur la situation mondiale actuelle. Cela n’a rien à voir avec un programme autre que le fait que nous ne pouvions tout simplement pas organiser les compétitions en cette période anormale que nous connaissons actuellement. La CAF alloue même un montant substantiel pour aider les pays hôtes à organiser un tournoi final, mais aucun pays ne se précipite. Pourquoi donc ? Est-ce à cause de la Covid-19 qui détruit toutes les économies du monde ?

Nous ne pouvons toujours pas imposer une compétition à un pays s’il n’est pas prêt pour l’accueillir. Ce sera une décision collective et la compétition doit être organisée dans des circonstances favorables. Nous n’avons tout simplement pas cela au moment où nous parlons. Aucun pays n’opère dans les circonstances normales. Ce sont des moments très anormaux. Lorsque nous organisons ces compétitions, tout l’intérêt est d’avoir une meilleure compétition que la précédente. Le Ghana a été une compétition extrêmement réussie, alors pourquoi accueillir quelque chose qui sera probablement limité ou deuxième meilleur ou vraiment pas bon, seulement pour être critiqué quant à la raison pour laquelle vous l’avez décidé, sachant très bien qu’il y avait des défis. Et c’est ce qui serait arrivé. Il est préférable de laisser les choses ainsi. Nous planifions toujours au lieu de nous asseoir et de ne rien faire en attendant les heures normales à venir. Nous prévoyons, en même temps, de chercher l’hôte de l’édition 2022 de la CAN féminine qui servira également de qualification pour la Coupe du Monde féminine de la FIFA 2023… Ainsi que la première Ligue des champions féminine. Encore une fois, je tiens à souligner même si la décision n’est peut-être pas une bonne nouvelle, elle nous donne le temps de réfléchir et de planifier l’avenir. Mais vous savez qu’il y a une bonne nouvelle et la bonne nouvelle est que le football féminin en Afrique rebondira avec style. Cela va encore s’améliorer et ne peut que s’améliorer. Nous avons la Covid-19, mais cela ne veut pas dire que nous allons faire stresser quant à l’avenir. Certains défis dans la vie sont là pour apporter de la nouveauté et pour vous améliorer, surtout lorsque vous pouvez sortir de ces situations, et c’est exactement ce qui se passe avec le football féminin pendant cette période de Covid-19.

 

Qu’en est-il de la Ligue des Champions féminine ?

N’oubliez pas que nous avons organisé deux symposiums au sein de la CAF et que nous avons eu le symposium des femmes et, encore une fois, il y a eu un grand appel pour que la Ligue des Champions féminine commence. Tout le monde voulait voir plus de football féminin se jouer, ils voulaient donner aux filles plus d’exposition et plus d’expérience et c’était toujours une idée bienvenue.

Nous n’avions pas la bonne plate-forme à l’époque, mais maintenant nous l’avons, donc elle a toujours été dans les plans et maintenant nous sommes prêts même si ce sont des moments étranges. Mais c’est le moment, c’est maintenant et la Ligue des Champions ne remplacera pas la CAN féminine. Au niveau des ligues nationales, on aura beaucoup plus de matchs, et ce sera un moment vraiment excitant.

Parlez-nous des stratégies pour pousser les ligues nationales à se développer…

Avec la Ligue des Champions féminine, chaque AM sera obligée d’améliorer le niveau de ses ligues nationales pour être éligible à participer. Il n’y a pas à s’inquiéter à ce sujet, elles doivent améliorer leur jeu et augmenter leur participation. La CAF apporte un soutien financier aux AMs pendant la Covid-19 et la FIFA, comme vous le savez tous a récemment annoncé 500 000 USD pour le football féminin dans les AMs.

Une enquête récente confirme que plus de 30 AMs ont une ligue féminine et c’est un très bon début.  En s’appuyant sur 30 associations ayant une ligue féminine dans leur pays, le reste, soit moins de la moitié, suivra également. Et la CAF et la FIFA sont toujours prêtes à soutenir les AMs dans le développement du football féminin. C’est un grand moment pour nous, étrange et anormal, mais nous ne devons pas oublier que le football féminin est une chose très normale et nous ne permettrons pas à la Covid-19 ou à des moments anormaux pendant cette période pandémique d’éroder la normalité des choses. Nous allons améliorer notre jeu, et changer notre histoire en tant que femmes dans le football, en tant que femmes dans le jeu, en tant qu’administratrices, et maintenant il est temps de vraiment regarder vers l’avenir, que tout le monde se joigne au mouvement afin de pousser notre football féminin sur le continent africain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici