Comme la plupart des grandes équipes, le Cameroun a son trio magique. Chez les lionnes indomptables, la triplette Feudjio-Njoya-Onguene (FNO) confère désormais plus de sérénité à l’effectif. Quel est leur impact sur le jeu offensif ?

« La meilleure défense est l’attaque », c’est la phrase la plus logique dans le football et les lionnes indomptables qui affrontent le Canada ce soir pour leur premier match dans la compétition le savent bien. Il faudra attaquer pour gagner, sans se laisser trop découvrir tout de même.

L’attaque du Cameroun a souvent été prolifique lors qu’il le fallait et d’autres fois, le collectif a péché. Cependant, la forme olympienne de Gabrielle Onguene et d’Ajara Njoya en attaque peut-être un grand atout. Les deux joueuses qui évoluent au CSKA Moscou pour OG7 et Valerenga FC pour la fille de Foumban ont connu un premier semestre presque parfait en club.

Avec un jeu porté vers l’avant caractérisé par une capacité d’accélération (particulièrement chez Gabrielle Onguene) et une recherche constante de solutions (Ajara Njoya), le Cameroun a des arguments pour faire trembler les filets adverses.

Il est désormais question pour elles d’être aussi bonnes dans le jeu de la sélection nationale. Quant à Raïssa Feudjio qui évolue en première division d’Espagne, elle est le pilier du milieu de terrain camerounais. Malgré son jeune âge, elle fait montre depuis quelques années d’une certaine maestria dans son travail de ratisseuse. Toutefois en l’absence d’Ajara et de Gaby, son rôle se révèle un tantinet plus compliqué à gérer.

Face à l’Espagne en match amical, le 17 mai dernier, les pouliches d’Alain Djeumfa ont souffert de l’absence de ces joueuses de choix considérées comme les meilleures à leur poste sur le continent africain. Isolée en attaque, Alexandra Takounda n’avait réussi à combler le déficit. La cassure entre le milieu de terrain et l’attaque était des plus visibles.

Associez donc à ce sacré trio F-N-O une défense de fer et une attaquante puissante comme Takounda surtout en l’absence de Michaela Abam blessée, le Cameroun devient soudainement difficile à manœuvrer. Et ce n’est pas le onze type de la dernière Coupe d’Afrique des Nations au Ghana, avec les présences de Feudjio et Onguene, qui nous démentira.

Les Lionnes indomptables vont-elles à nouveau se reposer sur ce trio magique pour récolter un résultat positif ? Le Cameroun apportera-t-il la première victoire d’une nation africaine en cette édition 2019 du mondial ? Réponse ce soir à partir de 20 heures pour Canada – Cameroun (Afrique Centrale).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici