Depuis hier mercredi 13 février se tient devant la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC), l’audience préliminaire dans le cadre de la plainte d’un grand nombre de clubs de football du Cameroun demandant l’annulation de la dernière élection au sein de la FECAFOOT. Les plaignants peuvent-il obtenir gain de cause ?

L’ensemble du processus électoral ayant conduit Seïdou Mbombo Njoya à la tête de la FECAFOOT  est remis en cause à travers cette plainte. Les raisons évoquées résideraient dans ce qu’on nomme des « violations grossières de la loi du Cameroun, ainsi que des statuts de la FECAFOOT, de la CAF et de la FIFA ».

Sur la centaine de clubs et personnalités ayant donné leur accord pour l’activation de la procédure devant conduire à l’annulation du processus électoral, plus d’une vingtaine auraient jeté l’éponge.

Dès le 27 février prochain, l’affaire sera largement débattue à la CCA. La FECAFOOT va-t-elle rempiler pour un nouveau mandat du comité de normalisation ? La question reste entière alors que le moment semblait propice à une refondation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici