Avec Gaelle Enganamouit comme nouvelle ambassadrice de la campagne humanitaire « Challenge 1 million Damba » du groupe Diageo, les femmes peuvent se permettre de rêver d’un avenir radieux pour elles-mêmes.

Image campagne Guinness Cameroun avec Gaelle Enganamouit.

Souvenez-vous qu’il y a encore quelques années, il était quasi-impossible de retrouver une athlète comme ambassadrice de marque au Cameroun. Quand il fallait promouvoir un label déjà existant ou une « brand » naissante, les plus grandes marques faisaient appel aux sportifs masculins.

 

Campagne MTN Cameroun

Qui n’a pas remarqué la célèbre campagne de MTN avec Samuel Eto’o en 2016 et le hastag populaire #EtooPeut ? Avant lui, Alexandre Song s‘est prêté au jeu en tant qu’ambassadeur MTN de la Coupe du monde de Football 2010 et de la campagne MTN Wanda en 2014. Il n’y en avait que pour les mecs. Chaque année et avant chaque compétition, Puma, Orange Cameroun et Tangui

respectivement équipementier, sponsor officiel et précédemment eau attitrée des sélections nationales de football ciblaient leurs activités autour de la sélection masculine senior au détriment des sélections féminines. Pour ce qu’il en est des autres sports, on en reparlera.

Campagne MTN avec Alex Song

Pourtant, ce ne sont pas les athlètes féminines de haut niveau qui manquaient. Entre Sarah Etonde, septuple vainqueur de la course de l’espoir et Francoise Mbango double championne olympique du triple saut, le monde des femmes avait quand-même quelques pointures sur lesquelles s’appuyer. Mais peut-être qu’à cette époque, les femmes dans le sport n’étaient pas encore assez bien pour être ambassadrices de marque au Cameroun (notez ici notre petite pointe d’ironie)…

Gaelle Enganamouit à Fotouni.

Aujourd’hui (Nous disons bien aujourd’hui), le train féminin semble avoir quitté la gare. C’est au tour de la gent féminine du sport de rayonner. Le « Ballon d’Or africain » 2015 Gaëlle Enganamouit a rejoint Guinness Cameroun (ou plus précisément le groupe Diageo) qui la présente fièrement d’ailleurs. L’internationale camerounaise parraine le projet « Challenge 1 million Damba » dont le but est d’offrir aux consommateurs des localités enclavées de l’eau potable.

Et si c’était le début d’une réelle prise de conscience de la place des femmes dans la promotion du sport et de ses valeurs? Nous aimerions crier que « ce n’est pas trop tôt », mais nous savons aussi bien qu’il vaut mieux commencer quelque part. Et comme le dit si bien le dicton: « il vaut mieux tard que jamais ».

CPME.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici