Rencontrée à la fin du match Caïman Football Filles de Douala – AS Green City de Yaoundé perdu par les doualaises, la gardienne de but Diane Bayegla Ndeme est revenue sur les performances de Caïman en cette première partie du championnat. L’internationale camerounaise et capitaine du club de Douala a également évoqué sa non-sélection avec les lionnes indomptables.

Diane Bayegla Ndeme, gardienne de but de Caïman Filles de Douala (D1)

Vous perdez la rencontre 2-0. A votre avis, qu’est ce qui n’a pas fonctionné ?

Franchement je vais dire qu’on manque d’animation offensive. Depuis le début de la saison, nous n’arrivons pas à percer ces filets. Nous n’arrivons à marquer notre tout premier but en championnat et c’est assez difficile pour nous. Derrière nous subissons, et le résultat nous le voyons. Ça va faire le quatrième match en championnat de Caïman avec deux nuls, deux défaites, sept buts encaissés et aucun marqué. C’est assez lourd. Je pense que ça pèse sur toute l’équipe entière.

 

Qu’est ce qui se passe dans la tête des joueuses ? N’y a-t-il pas un problème psychologique associé à ces résultats décevants?

L’accumulation des matches nuls, des défaites, pas de victoires, pas de buts marqués, ça joue un peu sur le mental de certaines filles. Voilà ! On a besoin de se remettre en confiance pour ce championnat. Il faut qu’on aille de l’avant et les filles ont besoin de beaucoup de courage pour la suite.

 

Un mot sur les lionnes qui participent au tournoi international de Chine en ce moment. Aujourd’hui vous n’êtes pas sélectionnée, qu’en pensez-vous ?

Je pense que celles qui sont en Chine sont les meilleures du Cameroun. Pour ce tournoi, cette mini-compétition de préparation au mondial, je leur souhaite beaucoup de courage, beaucoup d’enthousiasme et surtout des résultats positifs tout au long de leur séjour.

 

Avez-vous encore de l’espoir d’être appelée en sélection nationale avant la Coupe du monde en juin ?

En tant que joueuse sur le terrain, on essaie de faire le plus de preuves que possible. Et après c’est aux encadreurs de faire leur boulot.

 

*Propos recueillis par Charlotte Pelagie Eyoum pour sportaufeminin.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici