Après Mary Njoroge, l’arbitre kényane utilisée hier pour le match Nigéria-Angola (1-0), c’est au tour de Lidwine Pelagie Rakotozafinora d’officier. La malgache a été retenue comme arbitre assistante n°2 de la rencontre de cet après-midi entre le Sénégal et la Guinée.

La kényane Mary Njoroge lors du match entre le Nigéria et l’Angola

Les arbitres dames sélectionnées par la Confédération Africaine de Football pour officier durant la Coupe d’Afrique des Nations U17 de football féminin se sont bien intégrées. Hier mercredi, l’arbitre kényane Mary Njoroge a officié comme assistante pour le match entre le Nigéria et l’Angola qui a vu la victoire des Golden Eaglets. Le match s’est déroulé au National Stadium de Dar Es Salaam.

Ce jeudi après-midi, à Chamazi Stadium de Mbagala, une autre arbitre est sur le terrain. Il s’agit de la malgache Lidwine Pelagie Rakotozafinora. Habituée des compétitions de haut niveau, elle compte plusieurs matchs à son actif spécialement lors de compétitions féminines.

Ces deux arbitres ont été les seules retenues pour ce tournoi final même si une troisième était également annoncée. Contrairement aux prédictions, la tanzanienne Jonesia Rukyaa Kabakama ne figure pas sur la liste finale des 21 officiels publiée la CAF. En effet, elle a passé le cap du stage définitif effectué au Maroc mais son nom ne figure pas pour l’instant sur la liste d’arbitres présents pour le premier tour de la compétition.

La décision de la Confédération africaine d’introduire des femmes parmi les officiels de rencontres de cette compétition masculine va en ligne droite avec les objectifs de promotion de l’arbitrage féminin que s’est fixée l’instance faîtière. Pour les responsables de la CAF désormais, il ne s’agit plus de délimiter l’utilisation des officiels à un genre précis comme cela a été fait pendant longtemps. La confédération est sur une dynamique d’inclusion des différents genres qui passe par une mixité de représentation lors de chaque évènement de football africain.

En Tanzanie pour la CAN masculine des moins de 17 ans, il s’agit d’un premier test où les femmes ne sont pas en reste. Pour l’instant, elles portent avec fierté les casquettes d’arbitres assistantes. Cependant, c’est une posture qui va sans doute évoluer avec le temps pour les prochains évènements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici