Selon certaines informations, le Ghana sera privé de l’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations féminine. Qu’en est-il de la situation ?

Plusieurs médias ont partagé l’information selon laquelle le Ghana ne serait plus hôte de l’évènement. Pourtant du côté de la Confédération Africaine de Football, on annonce qu’aucune décision n’a pour l’instant été prise. L’évènement initialement prévu du 17 novembre au 1er décembre 2018 au Ghana pourrait tout de même avoir un nouvel organisateur.

Au ministère de la jeunesse et des sports du pays, l’absence de notification officielle venant de la CAF elle-même à propos d’une telle décision montre qu’il n’est nul besoin de s’alarmer.

Le retard dans la rénovation des infrastructures sportives est l’une des raisons de ce potentiel changement d’organisateur. L’autre raison évoquée serait l’ingérence du gouvernement ghanéen dans les affaires sportives notamment avec la dissolution de la Fédération ghanéenne de football suite aux soupçons de corruption dans l’institution.

L’affaire remonte à la diffusion d’un reportage sur la corruption des acteurs sportifs et au sein de la fédération ghanéenne de football (GFA) qui avait poussé le gouvernement à sévir. La CAF s’était même insurgée face à ce qu’elle considère comme une ingérence politique.

Le Ghana sera fixé sur son sort en septembre prochain lors de l’assemblée générale extraordinaire de la CAF en Egypte. Le pays restera-t-il l’organisateur de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations féminine 2018? La question reste entière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici