Le Cameroun vice-champion d’Afrique 2015 est en pleine reconstruction à quelques mois du championnat d’Afrique de basket-ball féminin. Cette fois, le staff technique de l’équipe féminine du Cameroun voit les choses en grand et espère se donner les moyens de les atteindre le jour – J.

Passées de la 2e place en 2015 à la 7e  position en 2017 au Mali à Bamako, les basketteuses camerounaises ont régressé au tableau des meilleures nations africaines. Avec la mise à l’écart de certaines joueuses après l’incident des primes survenu après l’afrobasket féminin à Yaoundé, le groupe conduit par Guy Faustin Moudio n’a plus été le même et ne le sera jamais plus. Optimiste, l’entraineur national installé aujourd’hui aux Etats-Unis parle de reconstruction et de rajeunissement de son effectif avec des objectifs plus élevés pour l’avenir.

« Nous avons une génération de jeunes joueuses de qualité et qui a gagné en expérience et joue à un excellent niveau. Si nous avons toutes ces joueuses en sélection pour les prochaines compétitions nous pourrons logiquement être ambitieux. »

Guy Faustin Moudio est ambitieux mais amoindri puisque certaines de ces meilleures basketteuses ont laissé entendre qu’elles pourraient ne pas répondre à l’appel du staff technique de l’équipe nationale féminine du Cameroun pour diverses raisons. D’abord Fabiola Takoudjou internationale camerounaise aujourd’hui étudiante au Canada sera out pour toutes les compétitions internationales organisées cette année.

« J’ai été inscrite dans un CEGEP ici au Canada pour devenir dentiste et cette saison je veux me concentrer sur mon cursus scolaire parce que mon père a été catégorique sur la question. Je préfère attendre l’année prochaine pour signer avec l’université du Québec et pouvoir jouer librement. »

Une autre qui semble ne pas savoir elle sera également de la partie Frédérique Njoya ancienne joueuse d’ASC Tours en Guyane qui est très impliquée dans ses études et ignore si elle pourra honorer à l’appel du Head coach si jamais elle est appelée en sélection nationale. Priscille Mbiandja alias Bibiche a pris sa retraite internationale après son retour de Bamako en 2017.  Ramsès Lonlack, meilleure marqueuse de l’équipe depuis des années pourrait être indisponible pour des raisons personnelles même son de cloche pour Laure Assena. A ces éventuelles absences, le Head Coach du Cameroun dit y avoir songé et se veut rassurant.

« Nous avons un répertoire élargi de joueuses que nous avons sous la main, nous travaillons en ce moment pour les avoir toutes peut-être pas avant la fin des différents championnats  où elles évoluent mais nous les aurons lors des prochaines échéances quand elles seront libres. »

Le staff technique de l’équipe féminine du Cameroun reste modeste et évite les effets d’annonce. Guy Moudio dit travailler pour être une équipe qui viendra bousculer la hiérarchie lors des prochaines échéances internationales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez inscrire votre nom ici